Quentin a eu son premier relevé de notes et il a découvert la crainte des chiffres et de la vision étriquée et caricaturale qu'elle donnent de lui; pourtant , ce n'est pas un mauvais de notes. Avec une moyenne générale de 12,5, on ne peut pas le qualifier d'enfant en difficulté scolaire ( surtout pour un enfant qui n'a pas connu le primaire, ça c'est pour les opposants à l'ief ), mais tout ce qui vient à côté, l'obligation de résultats au dépens du plaisir d'apprendre, la compétition ( car bien sûr, il y a aussi la meilleure et la plus mauvaise note de la classe) et les remarques des professeurs qui s'attachent principalement aux défauts, aux "il faut , tu dois..." ça l'a démoralisé. Il a fallu que je lui explique que quelque part c'est la règle du jeu pour les enfants qui vont à l'école, qu'on ne sait pas vraiment qui a créé cette règle, ni pourquoi et qu'on sait encore moins comment la changer, mais qu'on peut choisir de faire autrement et c'est ce que j'ai décidé de lui apporter quand j'ai pris la décision de lui faire "l'école à la maison".Bien , pour info , je transmets les notes de mon loulou :

Français : 12/11.50/17/15

Mathématiques 12.50/10/11

Anglais 18/8.50/14.50/13

Histoire :11.50/5/17

SVT 8.50

Technologie 8/18

arts plastiques 14

Education musicale 14

EPS ( education physique et sportive) 10/12

Il peut y avoir de bons écarts dans ses notes car il lui a fallu du temps pour prendre le rythme( je ne suis pas certaine d'ailleurs qu'il s'y soit vraiment fait) et surtout qu'il oublie régulièrement ses affaires: gros problème de tête en l'air ! En tous cas , il me dit qu'il a l'impression qu'il apprenait beaucoup plus facilement avec moi, que ça ne lui demandait pas d'effort. Je sais que certains vont penser que justement il vaut mieux faire des efforts pour apprendre. Peut être, mais pourquoi serait-ce toujours le cas ? Les enfants n'ont pas l'impression de faire vraiment des efforts pour apprendre à parler ou à mettre des objets dans des petits trous adaptés à leur forme, taille...Pourtant , ils font des efforts , c'est certain, mais ils ne les ressentent pas parce que l'envie de découvrir, de réussir est plus prégnant. Je crois vraiment que Quentin apprenait mieux parce qu'il n'avait pas le même sentiment  qu'il faisait des efforts. Ceci dit, il découvre aussi les bons côtés de l'école et son principal pour lui est le CDI. Sa grosse frustration est de ne pas pouvoir y passer plus de temps. Il a découvert aussi la joie des enfants le dernier jour d'école;-) et le ouf , c'est fini. Ca m'a beaucoup amusée.